Vaccins anti-Covid : Jean-Marc Sabatier avait raison !

Plus le temps passe et plus les scientifiques du monde entier constatent que les effets secondaires de la vaccination affectent tous les organes du corps. C’est ce qu’a décrit dès mars 2020 Jean-Marc Sabatier, docteur en biologie cellulaire et microbiologie.

Jean-Marc Sabatier (DR)
Jean-Marc Sabatier (DR)

Jean-Marc Sabatier, directeur de recherche au CNRS, titulaire d’un doctorat en biologie cellulaire et microbiologie et d’une Habilitation
à diriger des recherches (HDR) en biochimie a décrit, pour la première fois, le mode d’action du SARS-CoV-2 début 2020. Mode d’action atypique qui sera confirmé au fil des mois par les travaux de divers groupes de recherche dans le monde.

Des découvertes fondamentales

Qu’a-t-il découvert ? Quatre choses essentielles :
1 Que le vrai responsable de la COVID-19, c’est le système rénine-angiotensine 2 (SRA) dysfonctionnel, un système hormonal complexe et ubiquitaire que l’on retrouve dans divers organes et les tissus du corps humain et la suractivation de son récepteur délétère AT1R. Le SRA est le système de régulation physiologique le plus important de notre organisme. Or, le SRA est peu ou mal connu des chercheurs et il n’est pas abordé (en détail en tout cas) au cours des études médicales.
2 – Que le SARS-CoV-2 comme le vaccin (via le dysfonctionnement du SRA et la suractivation du récepteur AT1R) peuvent induire un syndrome d’activation macrophagique (SAM), un syndrome d’activation mastocytaire (SAMA), une pullulation des bactéries du colon dans l’intestin grêle (SIBO), et/ou une hypokaliémie (déficit de potassium dans le sang).
3 – Que les vaccins à ARN messager (ARNm) pourraient déclencher des réponses physiologiques délétères suite à une interaction de la protéine spike vaccinale avec un ou plusieurs de ses récepteurs (principalement ECA2).
4 Que la vitamine D « freine le système physiologique SRA devenu délétère. La vitamine D permet un fonctionnement optimal du système immunitaire et induit la production de molécules antivirales chez l’hôte afin de lutter plus efficacement contre le virus. »

La censure d’un autre âge

En trois ans, le média en ligne infodujour.fr a publié près de quatre-vingts articles de Jean-Marc Sabatier. Ses démonstrations ont trouvé leur public composé essentiellement de médecins et de scientifiques. En juillet 2022, plus de 3,2 millions de visiteurs uniques suivaient ses explications sur le site.
Cela a déplu. L’Inquisition s’est mise en marche. Un fact-checking de l’AFP s’est même permis de remettre en cause les compétences du scientifique. Mais le vérificateur en peau de lapin n’était pas à la hauteur de l’exercice. Sa démonstration était bidonnée.
En août 2022, Google, mais aussi plusieurs médias sociaux, ont tout bonnement censuré infodujour.fr et les articles de Jean-Marc Sabatier. Cela dérangeait sans doute les autorités politiques et sanitaires. Mais aussi les grands groupes pharmaceutiques.

L’info sous contrôle

Cette prise de contrôle de l’information planétaire par les géants du numérique pour servir des intérêts financiers a de quoi inquiéter. Car elle interdit la réflexion, elle anesthésie la pensée, elle paralyse la controverse, elle empêche l’échange entre professionnels sur des questions qui touchent à ce que nous avons de plus cher : la santé.
Aujourd’hui, enfin, les études les plus sérieuses montrent que Jean-Marc Sabatier avait raison. Comme en témoigne cette étude japonaise qui circule sur les réseaux sociaux (ci-dessous).